Bodeun et Saucisse de Sang

Le départ

Villeneuve
Villeneuve bénéficie d’une situation géographique centrale, idéale pour se rendre dans les vallées du Parc National du Gran Paradiso et pour partir à la découverte du Val d’Aoste. Situé à 665 mètres d’altitude, le village est dominé par les ruines du château Châtel-Argent dont l’importance stratégique et militaire remonte au XIIIème siècle ; son nom vient du fait qu’on y battait la monnaie.  Au pied du château, l’ancienne église de Santa Maria est l’un des monuments religieux les plus intéressants de tout le Val d’Aoste. Des fouilles archéologiques ont permis d’y mettre à jour des vestiges du Vème siècle. La crypte du XIème siècle se compose de trois petites nefs tandis que le clocher roman est une tour carrée ornée de fenêtres jumelées et de fenêtres trilobées.

http://www.comune.villeneuve.ao.it/

La rencontre

Chapelle du Châtelard – La Rosière

Située à 1500 m d’altitude, dans le village du Châtelard (dont l’étymologie serait « castellarium » qui signifie une concentration de maisons autour d’un château), cette chapelle perchée sur un promontoire surplombe donc la vallée de Haute-Tarentaise.

La petite chapelle qui existait en 1633 a été reconstruite en 1869, exhaussée et décorée en 1914. Aussi, ayant subi de nombreux bombardements en 1944 du fait de sa position géographique stratégique, elle a été restaurée depuis. Comme la plupart des églises situées sur des éminences, elle est principalement dédiée à Saint-Michel.Son clocher abrite la plus ancienne cloche de la commune, fondue en 1559 et déplacée de Montvalezan au Châtelard pour échapper aux troupes révolutionnaires. Après avoir été le théâtre de nombreuses processions et bénédictions, messes dominicales et mariages, la chapelle continue désormais à rythmer la vie quotidienne des habitants du village au son de l’Angélus.

https://www.larosiere.net/en-savoir-plus/territoire/circuit-villages-chapelles/

Les deux producteurs

Diego Segor – producteur de Bodeun

Le boucherie « Salumeria Segor » a été fondé en 1959 par Arturo, alors âgé de 23 ans. L’activité principale était alors principalement constituée par le secteur de la boucherie. Le magasin existe toujours sur la place de Villeneuve. La fabrique de saucisses ne constitue qu’une partie marginale insérée pour compléter la principale. La production de charcuterie se limitait à celles qui étaient habituellement fabriquées dans la famille, car c’est précisément à partir des vieilles recettes familiales transmises entre les différentes générations que le fondateur s’est inspiré de sa propre production. Les premiers produits ont été la salciccia valdostana, les bodeuns, la mocetta, le salami nostrani et le lard.

Aujourd’hui, après plus de 50 ans, la production est devenue très différente. La méthode de production est toujours celle qui était autrefois utilisée, l’artisanat. Les épices sont soigneusement pesées et mélangées pour être insérées dans la pâte au bon moment ou lors de la pose des mocettes et du bodeun

https://www.salumificiosegor.it/ 

 

Maison Père Rullier – producteur de Saucisse de Sang

Céline et Bruno on overt à nouveau la Maison Rullier pour continuer la tradition et donner à la clientèle aussi quelques chose de nouveau. Le Local du Bocal en effet représente le trait d’union entre le passé et le présent. Un lieu où on peu déguster et manger les produits de la Cuisine de Bruno et de charcuterie de la Maison Rullier.

Tous les produits sont fabriqués à Séez (73700), à partir de matière d’origine française. Selon un savoir faire de qualité et renommé, nous respectons le produit afin de vous transmettre le meilleur, en toute confiance et toute transparence.

http://www.lepererullier.fr/

Diego Bovard

Expert

Valdôtain de naissance et Valdôtain à vie, technicien en agronomie de profession, s’occupe du territoire depuis de nombreuses années et en particulier des aspects liés à l’agriculture de montagne. Il connaît bien les chaînes de transformation des productions primaires du Val d’Aoste, en particulier dans les secteurs de l’élevage, du vin, de l’horticulture et des céréales, et suit les aspects liés à la communication au public par passion. Collabore avec l’association régionale des éleveurs pour organiser des événements et gérer l’étiquetage disciplinaire des produits de l’élevage. Il est également un collaborateur d’institutions et d’entreprises privées dans divers projets de promotion des produits locaux.

www.lomatson.it

Claudine Remacle

Special Guest

LE RESTAURANT

Le charme de l’hôtel Royal est indiscutable. Il vous apparaît avec son dehors pendant que vous marchez le long du plat principal. Entrez et le salon est généreux et invitant, avec la solennité des lieux d’autrefois. Il y a aussi une piscine, mais pas couverte, à côté d’un espace de fitness et, ci-dessous, le Spa.

La nouvelle saison de cet hôtel a une nouveaué en cuisine: au Petit Royal, les trente couvertures d’une faveur de mariage où le jeune Paolo Griffa est pratiqué et propose un menu complet, avec un regard captivant.
Bien sûr, les phares se concentrent surtout sur le Petit Royal, où ce chef de 26 ans, issu d’un parcours de cuisines célèbres en Italie et à l’étranger, recherche des nuances (parfois même excessives) sur chaque assiette. La séquence des amuse-bouche indique ses menus, qui peuvent être composés à volonté, en choisissant l’un des six aliments principaux (tomate, œuf, truite, pomme de terre, plumes et farceurs). De là une séquence de plats surprises.

http://www.hotelroyalegolf.com/it/ristoranti.html